fbpx
Photo by Alyssa Rose

The motion below was developed first by Slow Food Brasil, then expanded to include all Slow Food groups in the Americas. We will present this document to the International Congress in July, and again at Terra Madre in September. The purpose is to shift the political impact of the international movement toward a direction for racial justice, and to urge action to denounce, expose, mitigate and eliminate structural racism in our society.

SLOW FOOD IN AMERICAS ANTI-RACIST MOTION

Racism remains one of the most serious social problems that permeates and plagues all dimensions of human existence. This Anti-Racist Motion of Slow Food in the Americas identifies essential contributions to the movement for the realization of the right to social, economic and environmental justice for communities and people disproportionately impacted by racism. In this way, the approaches made by Slow Food in its communities, working groups, projects, programs and campaigns will see clearly how food intersects with social issues. Colonialism, slavery and white supremacy, acculturation, assimilation, forced displacement and relocation, are not just legacies of the past, but real forces and realities in our world today. Actively working to confront and uproot racism, anti-Blackness and white supremacy is essential to realizing our vision of good, clean and fair food for everyone.

CONTEXT

The murder of George Floyd in the USA in 2020 ignited an overdue global outcry against a long legacy of state-sanctioned anti-Black violence and white supremacy. The multiracial movement for justice intensified discussions around racism and ways to combat it, while we, people of the Americas, are deeply reckoning with the racist histories of European colonialization that form every strand of our interwoven fate—from genocide of Indigenous peoples and the transatlantic trade of enslaved people, to police brutality and mass incarceration. Throughout the world, and especially in the Americas, this white supremacy has been used to justify territorial occupation and systems of social domination that have an enormous impact on food. We are calling into question the very socioeconomic models around which our societies are based in order to realize fully a world where all have access to good, clean and fair food.

Racisim is understood as “the coupling of prejudice with power, where the dominant racial group (which in a white supremacist society is people with white privilege) is able to dominate over all other racial groups and negatively affect those racial groups at all levels — personally, systematically, and institutionally” (Layla F. Saad).

Today, those most impacted by the violence of systemic and institutional racism are Afro-descendant populations, Indigenous peoples, Latinos/as, Asians/Pacific Islanders, and people from the Middle East and surrounding areas. The UN and other world agencies have worked to highlight the relationship between the current serious food crisis and the high incidence of morbidities of food origin. For many Black, Indigenous and People of Color, this means arterial hypertension, diabetes, liver disease, and many other health issues, resulting from the high consumption of the cheaper, ultra-processed food available as well as the everyday stress of working to survive in a racist society.

POSITIONING

As members of a social movement that safeguards planetary socio-biodiversity, we repudiate all forms and developments of white supremacy and racism, since they:

  • Deny social justice and the guarantee of Human Rights, prevent the achievement of the Sustainable Development Goals (SDGs) and compromise the realization of the Human Right to Adequate Food (DHAA).
  • Affect traditional food-producing peoples and their communities as well as a large number of guardians of planetary socio-biodiversity, isolating people from access to good, clean and fair food for all.
  • Limit the universal rights of equity, freedom, health and well-being among all humans.

It is urgent and necessary to face and address the consequences of white supremacy and racism in today’s global society as they are complex, multidimensional,  pervasive, and perpetual. This is a serious, geopolitical, destructuring problem, violating civil rights and further aggravating pressing global problems. Racism, at its core, threatens plantery socio-biodiversity, weakening the demands of human rights as a whole. 

COMMITMENT AND CALL TO ACTION

Faced with this global reality, especially at the current moment of the Covid-19 Pandemic, the members of Slow Food International are called upon to become an actively anti-racist movement. In this sense, it is understood that it is necessary to:

Embed anti-racism and justice in each of the main pillars of the work of Slow Food. 

When we talk about biodiversity, education and advocacy, commit to ground these pillars in equity and anti-racism. Make the narrative, denunciation and fight against all forms of racism present in all the practices of communities, working groups, staff, actions, practices and programs managed by Slow Food in the world. Work to make anti-racism an embodied practice for all leaders, members, and collaborators of Slow Food across the globe. 

Commit to internal assessment, self-reflection, and decolonization.

As a movement, we commit to examine the power dynamics within communication, relationships, money and governance, so the structures that build our network are equitable and inclusive. We will create spaces for people most impacted by racism to lead our movement and lead our decision-making bodies. We will support the critical efforts to create positive, impactful, healthful change from the local to the global level.  

Be guardians of socio-biodiversity and apply an intersectional lens by promoting equality and diversity at all levels of human relationships. 

Assume an active, forceful and prominent social role as a guardian of planetary socio-biodiversity, including all peoples and ethnic groups related to it, especially those vulnerable to the violence of racism and white supremacy. We commit to actively dismantle barriers to socioeconomic well-being for historically marginalized communities.

Be accountable to ourselves, to one another, to our communities, as well as to other individuals, organizations or movements from whom we need to learn. 

We commit to unpacking and becoming accountable for the harm we may have caused as well as the unintended consequences of our future actions. We will strive to unlearn, learn and recognize these processes as centripetal to our movement, and to the restoration, healing, and health of future generations.

 

 

FRENCH VERSION

La présente motion a été initialement développée par un groupe de travail de Slow Food Brésil, qui a par la suite invité l’ensemble des conseillers internationaux de Slow Food des Amériques. Nous allons présenter ce document au prochain congrès international de Slow food en juillet, et puis à Terra Madre en septembre. L’objectif de ce document est d’infléchir l’impact politique du mouvement international dans le sens d’une plus grande justice raciale, et de favoriser l’action de dénoncer, exposer, atténuer et éliminer le racisme structurel dans notre société.

MOTION ANTI-RACISTE DE SLOW FOOD EN AMÉRIQUE

Le racisme reste l’un des problèmes sociaux les plus sérieux qui affecte et mine l’ensemble des dimensions de l’existence humaine. Cette Motion Anti-Raciste de Slow Food en Amérique identifie les contributions essentielles au mouvement pour la réalisation du droit à la justice sociale, économique et environnementale pour les communautés et les personnes touchées de manière disproportionnée par le racisme. De cette façon, les approches réalisées par Slow Food dans ses communautés, groupes de travail, projets, programmes et campagnes verront clairement comment l’alimentation se recoupe avec les questions sociales, et comment le colonialisme, l’esclavage et la suprématie blanche ne sont pas seulement des héritages du passé, mais des forces encore bien réelles dans notre monde actuel. Travailler activement à la confrontation et à l’éradication du racisme, de la discrimination envers les noirs et de la suprématie blanche est essentiel pour garantir notre vision d’une alimentation qui soit bonne, propre et juste pour tous.

CONTEXTE

L’assassinat de George Floyd aux États-Unis en 2020 a déclenché un tollé mondial qui n’avait que trop tardé contre un long héritage de violence anti-noire sanctionnée par l’État et de suprématie blanche. Le mouvement “Black Lives Matter” a permis d’intensifier les discussions sur le racisme et les moyens de le combattre, tandis que nous, peuples des Amériques, sommes profondément confrontés à nos histoires racistes issues de la colonisation européenne et qui ont influencés tous les aspects de nos destinés entrelacés – de la traite transatlantique des esclaves à la brutalité policière et à l’incarcération de masse. Dans le monde entier, et en particulier dans les Amériques, cette suprématie blanche a été utilisée pour justifier l’occupation territoriale et les systèmes de domination sociale qui ont une influence énorme sur notre alimentation. Nous remettons en question les modèles socio-économiques mêmes sur lesquels reposent nos sociétés afin de réellement créer un monde où tous ont accès à une alimentation bonne, propre et juste.

Le racisme est compris comme “le couplage entre préjugés et pouvoir, où le groupe racial dominant (qui, dans une société suprémaciste blanche, est composé de personnes bénéficiant du privilège blanc) est capable de dominer tous les autres groupes raciaux et d’affecter négativement ces groupes raciaux à tous les niveaux – personnellement, systématiquement et institutionnellement” (Layla F. Saad).

De nos jojurs, les personnes les plus touchées par les violences du racisme systémique et institutionnel, sont les populations afro-descendantes, les peuples autochtones, les Latinos/as, les Asiatiques/Insulaires du Pacifique et les personnes originaires du Moyen-Orient et des régions avoisinantes. L’ONU et d’autres agences mondiales se sont efforcées de mettre en évidence la relation entre la sévère crise alimentaire actuelle et l’incidence élevée des morbidités d’origine alimentaire. Pour les personnes d’ascendance africaine, cela signifie hypertension artérielle, diabète et bien d’autres problèmes de santé, résultant de la forte consommation d’aliments ultra-transformés.

POSITIONNEMENT

En tant que membres d’un mouvement social qui sauvegarde la socio-biodiversité planétaire, nous répudions toutes les formes et tous les développements de la suprématie blanche et du racisme, car ils.. :

  • Nient la justice sociale et la garantie des Droits de l’Homme, empêchent la réalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD) et compromettent la réalisation du Droit Humain à une Alimentation Adéquate (DHAA).
  • Affectent les peuples producteurs d’aliments traditionnels et leurs communautés ainsi qu’un grand nombre de gardiens de la socio-biodiversité planétaire, menaçant l’accès à une alimentation bonne, propre et équitable pour tous.
  • Limitent les droits universels d’équité, de liberté et de bien-être entre tous les humains.

Il est urgent et nécessaire de faire face aux conséquences que la suprématie blanche et le racisme imposent dans la société mondiale actuelle, car elles sont complexes, multidimensionnelles et omniprésentes. Il s’agit d’un problème grave, géopolitique et déstructurant, qui viole les droits civils et aggrave les problèmes mondiaux urgents. Le racisme, à la base, menace la socio-biodiversité végétale, affaiblissant les fondements des droits de l’homme dans leur ensemble.

ENGAGEMENT ET APPEL À L’ACTION

Face à cette réalité mondiale, surtout à cette étape de l’actuelle pandémie de Covid-19, les membres de Slow Food International sont appelés à ce que nous devenions un mouvement activement antiraciste. Dans ce sens, il est entendu qu’il est nécessaire de :

Intégrer l’antiracisme et la justice dans chacun des piliers de l’action de Slow Food. 

Lorsque nous parlons de biodiversité, d’éducation et de lobbying, engagez-vous à enraciner ces piliers dans l’équité et l’antiracisme. Faire en sorte que le narratif, la dénonciation et la lutte contre toutes formes de racisme soient présents dans tous les usages des communautés, groupes de travail, actions, pratiques et programmes gérés par Slow Food dans le monde. Travailler à faire de l’antiracisme une pratique incarnée pour tous les leaders, membres et collaborateurs de Slow Food dans le monde. 

S’engager à l’évaluation interne, à une introspection et à la décolonisation.

En tant que mouvement, nous nous engageons à examiner les dynamiques de pouvoir au sein de nos communications, de la trésorerie et de la gouvernance, afin que les structures qui construisent notre réseau soient équitables et inclusives. Nous créerons des espaces pour que les personnes les plus touchées par le racisme puissent guider notre mouvement et diriger nos organes de décision.

Être les gardiens de la socio-biodiversité et appliquer une perspective intersectionnelle en promouvant l’égalité et la diversité à tous les niveaux des relations humaines. 

Assumer un rôle social actif, énergique et de premier plan en tant que gardiens de la socio-biodiversité planétaire, y compris de tous les peuples et groupes ethniques qui y sont liés, en particulier ceux qui sont vulnérables à la violence du racisme et de la suprématie blanche. Nous nous engageons à démanteler activement les obstacles au bien-être socio-économique des communautés historiquement marginalisées.

Être imputables envers nous-mêmes, les uns envers les autres, envers nos communautés, ainsi qu’envers d’autres individus, organisations ou mouvements desquels nous devons apprendre. 

Nous nous engageons à faire la lumière et être imputables des préjudices que nous avons pu causer ainsi que sur les conséquences involontaires de nos actions futures et à en assumer la responsabilité. Nous nous efforcerons d’apprendre et de désapprendre et de reconnaître ces processus comme central à notre mouvement.